De nouveaux pharmaciens au village

Philippe et Patricia Charitat sont les nouveaux pharmaciens de Sauvagnon après le départ en retraite d’Yvon Baradat

Un passage de témoin est intervenu, au printemps, à la pharmacie de Sauvagnon. Les nouveaux venus, qui évoquent «un projet de vie », sont Philippe Charitat, 44 ans, et son épouse Patricia, 41 ans. Ce couple arrive de l’Essonne où il s’était installé depuis une décennie. Le grand bond effectué jusqu’en Béarn concerne toute la famille puisqu’il s’accompagne également de l’arrivée de deux jeunes filles âgées de 8 et 6 ans, cette « migration » s’inscrivant au terme de longues recherches menées « durant 18 mois ».
Elles ont cessé en même temps que « le coup de coeur  pour Sauvagnon » ressenti par les époux Charitat, dont Philippe qui, en qualité de… palois de naissance, effectue du même coup « un véritable retour au pays ». Avec Patricia, fille de Lorraine qui occupait jusqu’alors la fonction de responsable de la formation au sein d’un laboratoire pharmaceutique, ils vont d’abord s’attacher « à apprendre à connaître» leur nouvelle clientèle. Soit pas moins de 200 visiteurs quotidiens.

« On va poursuivre dans la continuité, en essayant de s’insérer au mieux, à la tête d’une pharmacie très ancienne » promettent les successeurs de Yvon Baradat. La vie de ce dernier, parti en retraite, s’est longtemps confondu avec l’histoire contemporaine de Sauvagnon. Pourtant né, par hasard, au pays des Ch ’tis, ce sexagénaire, est identifié par tout à chacun comme le pharmacien. Celui qui vient de cesser son activité après très exactement 33 ans à la tête de l’un des plus importants établissements commerciaux de la commune.
Pour Yvon,, la fin de ce long chapitre n’est évidemment pas neutre. Comment ne pas se souvenir , en effet, que ce commerce aujourd’hui si florissant, et qui a compté jusqu’à 9 salariés, s’est d’abord construit au sein de la maison familiale du 25 rue des Pyrénées, à une époque où Sauvagnon avait deux fois moins d’habitants ?

Puis, la belle affaire s’est déployée, sur 300 mètres carrés aujourd’hui , et « sur le site d’un ancien séchoir à tabac », se souvient l’intéressé. Durant toutes ces années dédiées au travail, et aux côtés de son épouse, le pharmacien se flatte légitimement d’avoir tissé « un lien relationnel fort avec une clientèle très rurale au début ».

Car, s’il a certes pu délivrer les potions permettant de soigner veaux, vaches et cochons, Yvon Baradat a également vu arriver derrière son comptoir « deux générations de sauvagnonnais ». « Je reçois des gens qui ont un bébé dans les bras. Mais j’ai parfois connu ces mêmes personnes alors qu’elles étaient encore dans une poussette ! » s’amuse l’heureux grand-père – « pour la première fois » – d’un petit Yannis auquel il pourrait dédier une année sabbatique complète.

Le rythme des prochaines semaines devrait donc être sensiblement différent de celles connues par cet homme qui a, par ailleurs , eu le temps de remplir une seconde vie. On ne peut en effet passer sous silence ses deux mandats, soit tout de même 12 années, en qualité de maire-adjoint. Alors chargé des questions sociales, Yvon Baradat assista à cette époque aux balbutiements du District (l’ancêtre de la Communauté des communes) « aux côtés de cet homme exceptionnel qu’était le père Forgues »

C’est depuis le 2 mai que Philippe Charitat, et son épouse Patricia, sont les nouveaux propriétaires de la pharmacie de Sauvagnon, Yvon Baradat venant de tourner une page couvrant plus de trois décennies.